Art

10 œuvres qui ont défini l'art d'Ellen Thesleff

ellen thesleff œuvres célèbres

Oubliée au 21e siècle, Ellen Thesleff a eu une carrière qui s'étend des dernières décennies du 19e, jusqu'au milieu du 20e siècle. De sa ville natale, la ville d'Helsinki, à Paris et Florence, Ellen Thesleff a interagi avec de nombreux mouvements contemporains, créant des œuvres d'art uniques. Les grands mouvements de la fin du 19e et du début du 20e siècle, le symbolisme et l'expressionnisme, définissent son travail. S'affranchissant du dogme de l'art académique, elle expérimente librement diverses formes et techniques. Compte tenu de son utilisation de la couleur, l'art d'Ellen Thesleff va du presque entièrement monochrome aux œuvres vives et lumineuses de sa fin de carrière.





1. Le début d'Ellen Thesleff Avec t : Écho

ellen thesleff écho symbolisme peinture 1891

Écho par Ellen Thesleff , 1891, via Clark Institute of Art, Williamstown

Ellen Thesleff a fait ses débuts et a été acclamée par la critique avec le tableau Écho en 1891. Ellen l'a peint pendant l'été et il a été accepté pour l'exposition de l'Association des artistes finlandais. Le spectacle a été un grand succès et a été sa percée en tant qu'artiste, et cela lui a apporté la reconnaissance dont elle et sa famille avaient besoin. On y voit une jeune femme crier, soit le matin, soit le soir. Gardant délibérément les tons simples de la chemise, Thesleff choisit de souligner et de tourner nos yeux vers la tête, entourés d'une lumière douce et chaude. Le fond reste également inconnu, avec des arbres simples, renforçant l'importance de l'appel lui-même.



2. Se déplacer vers l'intérieur : Thyra Elisabeth

ellen thesleff thyra elisabeth portrait symbolisme peinture

Thyra Elisabeth par Ellen Thesleff , 1892, via la Galerie nationale finlandaise, Helsinki

Après avoir déménagé à Paris en 1891, l'art d'Ellen Thesleff entre en contact avec un courant dominant de la capitale française, le symbolisme. Thyra Elisabeth est typique Peinture symboliste basé sur une photographie de la sœur cadette d'Ellen prise en 1892. Sujet populaire dans les peintures symbolistes, la figure féminine a généralement été interprétée à travers des archétypes tels que l'ange, la Madone et la femme fatale.



Dans le portrait de sa sœur, Thesleff fait dialoguer le sacré et le profane, l'innocence et la sensualité. Contrairement aux interprétations érotisées du physique féminin, le plaisir de Thyra est indirectement impliqué par son expression faciale, ses cheveux et sa main gauche tenant une fleur blanche - un signe ironique d'innocence. Le fond a été peint avec un ton jaune doré qui forme un halo à peine perceptible autour de sa tête.

Vous appréciez cet article ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuiteRejoindre!Chargement...Rejoindre!Chargement...

Veuillez vérifier votre boîte de réception pour activer votre abonnement

Merci!

Cette apparence rêveuse de la femme rappelle Yeux fermés d'Odilon Redon . Dans l'art symboliste, le motif des yeux fermés indique une préoccupation pour un domaine qui ne peut être perçu avec une vision physique. Peint et exposé au Salon d'automne finlandais en 1892, ce tableau marque un tournant vers la représentation de la réalité interne dans son travail.

3. Une vision de l'intérieur : Autoportrait

ellen thesleff autoportrait symbolisme peinture

Autoportrait par Ellen Thesleff , 1894-1895, via la Galerie nationale finlandaise, Helsinki

L'art et la philosophie d'Ellen Thesleff ne peuvent être pleinement réalisés sans la mentionner Autoportrait , une œuvre d'art déjà très appréciée dans les années 1890 et considérée comme un chef-d'œuvre de l'art finlandais. Réalisé au crayon et à l'encre sépia, Thesleff's Autoportrait incarne l'attitude d'intériorité et le désir de plonger au cœur même de son être.



Cette œuvre d'art à petite échelle, au caractère intimiste, présente un visage pâle émergeant de l'obscurité du fond. Les yeux sont ouverts et dirigés vers le spectateur, mais il est impossible de croiser son regard. L'image de soi de Thesleff représente le sujet en vue de face, souvent considérée comme le mode de représentation le plus communicatif. Ainsi, le sujet engage le spectateur dans un échange.

Contrairement aux portraits frontaux habituels, l'autoportrait de Thesleff, plutôt que d'être une image communicative, semble tourné vers l'intérieur. Cependant, il n'est pas complètement fermé. Il a une qualité auto-réflexive qui fait référence au processus créatif. C'est un processus d'auto-exploration. L'artiste s'est regardée dans le miroir pour se voir, mais au lieu de s'arrêter à une simple apparence de surface, elle a pénétré profondément dans le domaine de la subjectivité.



4. La vie à la campagne : Paysage

ellen thesleff peinture de paysage 1910

Paysage par Ellen Thesleff , 1910, via la Galerie nationale finlandaise, Helsinki

L'art d'Ellen Thesleff est rempli de scènes de la campagne et de la vie paysanne en Finlande. Les étés passés dans le village de Murole lui a donné de nombreuses occasions de se promener dans les bois, les champs et les prairies. Elle a hérité du Envie impressionniste de trouver l'inspiration en se connectant à la nature . Thesleff sortait souvent sa chaloupe et se dirigeait vers Kissasaari, une petite île au milieu du lac, où elle travaillait en plein air .



Le traitement intense de la lumière est loin de la lumière de l'Europe du Nord et rappelle davantage le soleil méditerranéen. Cette Paysage est l'une des œuvres de l'art d'Ellen Thesleff qui montre un mouvement vers une expressionniste utilisation de la couleur. En Finlande, elle a gagné l'admiration pour son style de peinture avant-gardiste courageux. Les critiques d'art finlandais les associent à une influence continentale. En France, son art est comparé à Matisse et Gauguin , tandis que les Allemands ont noté une similitude avec Kandinsky et le cercle d'artistes autour de lui.

5. Florence, un nouveau modèle et la poésie

ellen thesleff peinture la rossa

Le rouge par Ellen Thesleff , 1910-1919, via la Galerie nationale finlandaise, Helsinki



Les séjours de Thesleff dans Florence du début des années 1900 a coïncidé avec un nouveau détour stylistique du symbolisme. Sa peinture montre l'utilisation de couleurs vibrantes, d'épaisses couches de peinture et d'un traitement énergique de la forme. À Florence, Ellen a fait l'expérience directe de l'art des maîtres du début de la Renaissance comme Botticelli et Fra Angelico. L'art des maîtres anciens l'a inspirée à expérimenter des tons plus doux de rose pâle et de gris.

Au début des années 1910, Thesleff a trouvé un nouveau modèle préféré à Florence, une rousse nommée Natalina, qui est devenue le sujet de ses nombreux croquis, gravures sur bois et au moins une peinture. Le rouge est loin d'être un portrait ordinaire, cependant. Natalina a permis à Thesleff de regarder dans le miroir de sa propre identité artistique et de sa philosophie créative. Écrivant à sa sœur Thyra, Ellen décrit son nouveau modèle :

Natalina aux cheveux auburn est assise dans un bassin de soleil – elle a un cou de cygne et des yeux baissés – je peins sur du carton et je suis incommensurablement intriguée par elle, mais elle n'est libre que le dimanche.
(16 décembre 1912)

6. Mouvement et vitalisme dans l'art d'Ellen Thesleff : Forte dei Marmi

ellen thesleff jeu de balle florence peinture

Jeu de balle (Forte dei Marmi) par Ellen Thesleff , 1909, via la Galerie nationale finlandaise à Helsinki

Un autre aspect important de l'art d'Ellen Thesleff est le vitalisme et le mouvement. Lors de ses séjours en Italie, elle visite souvent la ville thermale de Forte dei Marmi, près de Florence. Les peintures de cette petite ville représentent des gens en train de jouer. En eux, Ellen étudie des figures en mouvement, observant attentivement comment elles interagissent avec leur environnement. Elle s'est concentrée sur le contraste corporel.

Chaque fois que le corps bouge rapidement dans un sens, il est suivi d'une séquence de contre-mouvements pour retrouver l'équilibre. Ces contre-mouvements sont liés au contrapposto, la pose classique des anciens sculptures grecques et retrouvé dans Renaissance art . Thesleff applique le même principe pour transmettre une tension dynamique lorsqu'une figure prend de l'élan pour marcher ou courir. Ce rythme harmonieux de la figure humaine est l'élément crucial du tableau Jeu de balle (Forte dei Marmi) , réalisé en 1909, ainsi que d'autres peintures réalisées dans cette ville thermale.

7. Gordon Craig et gravures sur bois : Ange trombone

ellen thesleff trombone ange gravure sur bois

Ange trombone par Ellen Thesleff , 1926, via Gösta Serlachius Fine Arts Foundation, Mantta

Amitié avec le moderniste et réformateur théâtral anglais Gordon Craig eu un impact considérable sur l'art d'Ellen Thesleff. Craig l'a inspirée à faire de petites gravures sur bois en noir et blanc et à développer plus tard une technique de gravure sur bois colorée et picturale qui est devenue l'une des principales formes d'expression de sa carrière. Certaines de ses gravures sur bois sont inhabituellement picturales, et ses gravures sur bois et ses xylographies peuvent être considérées comme des variations sur un thème, toutes colorées de différentes manières.

L'importance des gravures sur bois pour Thesleff se traduit par des peintures comme Port d'Helsinki . Les fins coups de pinceau verticaux brisés semblent avoir été sculptés dans un bloc de bois, remplis d'encre et imprimés comme de l'art graphique. En 1926, Ellen a réalisé cette œuvre d'art inhabituelle représentant vraisemblablement un ange décrit dans le livre des révélations. Cette gravure sur bois est basée sur un croquis libre sur du placage de bouleau qui a ensuite été découpé au couteau. Des gravures sur bois colorées comme celles-ci ont permis à Thesleff de se démarquer parmi les artistes finlandais, qui réalisaient principalement des estampes monochromes.

8. La musique dans l'art d'Ellen Thesleff : Valse de Chopin

ellen thesleff chopins valse peinture

Valse de Chopin par Ellen Thesleff , années 1930, via la Galerie nationale finlandaise, Helsinki

La musique a joué un rôle énorme dans la vie de Thesleff. Tous les enfants de la maison Thesleff jouaient des instruments de musique. Ellen jouait de la guitare et aimait chanter, privilégiant la musique de Beethoven, wagner , Chopin, Mozart, Mendelssohn, Schubert et des chansons folkloriques finlandaises. Naturellement, l'amour de la musique a trouvé sa place dans l'art d'Ellen Thesleff. Thesleff a produit ses premières versions de Valse de Chopin que des gravures sur bois dans les années 1930.

Se déplaçant avec grâce au rythme de la musique de Chopin, l'apparence en apesanteur de la fille élancée a été influencée par le style de danse moderne lancé par Isadora Duncan . Thesleff connaissait le travail de Duncan et l'avait vue se produire plusieurs fois à Munich et à Paris. L'influence d'Isadora Duncan sur l'art d'Ellen Thesleff est peut-être aussi venue de Gordon Craig, l'ancien partenaire de la danseuse. Dans l'art symboliste, dont l'influence se révèle dans certaines des œuvres ultérieures d'Ellen, la danse représente une forme d'expression particulière dans laquelle le danseur est induit avec un sentiment de transcendance.

9. Le passeur : Moissonneurs dans un bateau

ellen thesleff moissonneuses ii peinture

Moissonneurs dans un bateau II par Ellen Thesleff , 1924, via Gösta Serlachius Fine Arts Foundation, Mantta

Tout au long de l'art d'Ellen Thesleff, on retrouve le passeur comme thème récurrent. Le personnage apparaît généralement dans les scènes montrant des agriculteurs rentrant chez eux en bateau. Ce thème est généralement associé à la mort et à la perte. Dans la culture de la Grèce antique et plus tard dans l'art européen, le batelier personnifie la mort. Dans la mythologie grecque, Charon est le passeur qui transporte les âmes des personnes récemment décédées de l'autre côté de la rivière dans l'au-delà. . La mythologie finlandaise est familière avec le motif de la rivière de la mort, dans lequel un passeur transporte de la même manière des âmes dans le monde des morts. Dans Moissonneurs dans un bateau II à partir de 1924, on y voit une scène typique de la vie des moissonneurs finlandais, imprégnée d'un thème ancien qui la rend universelle.

10. Entrer dans l'abstraction : Icare

ellen thesleff peinture d

Icare par Ellen Thesleff , 1940-1949, via la Galerie nationale finlandaise, Helsinki

Bien qu'elle ait soixante-dix ans, Ellen a continué à être créative et a occupé une place importante dans les cercles artistiques finlandais. Dans ses dernières années, l'art d'Ellen Thesleff dépeint un nouveau style non figuratif radical, presque purement abstrait. Thesleff connaissait l'art abstrait depuis ses débuts. Au cours de la première décennie du XXe siècle, elle entre en contact avec les œuvres de Vasily Kandinsky. Ses œuvres ont tourné son attention vers la peinture en couleur. La puissance expressive de la couleur était plus que suffisante pour porter l'émotion et le sens de l'œuvre et la projeter sur le spectateur.

Les thèmes de la mythologie grecque antique sont restés tout au long de sa vie comme une opportunité d'expérimenter diverses techniques et formes. Dans le processus, Thesleff a créé des représentations uniques de thèmes anciens de l'art européen. Dans ce tableau, sujet déjà familier, Icare , un jeune qui, dans son arrogance, a volé trop près du soleil, vient en second lieu à son expérimentation avec la couleur.